Fiche Publication

 

La Forêt Domaniale de Marly

Son histoire et sa culture

Couverture de La Forêt de Marly

Quelques grands thèmes abordés

  La forêt de Marly, vestige de la forêt de Cruye, anciennement partie de la grande forêt d'Yveline, objet de convoitise pour les sources de profits que pouvaient représenter le contrôle des terres, bois, voies d'eaux et routes.

  Les grandes Abbayes parisiennes (Les Saints Apôtres [1], Sainte Croix-Saint Vincent [2], Saint Denis [3] ) y ont de nombreuses implantations dès le Haut Moyen Age.

  Des légendes et mythes entourant les lieux dits (Sainte-Gemme, La Montjoie, Joyenval, Avinières, Chevaudos), à l'histoire, plus étayée, des sites proches de la forêt (Noisy, Bailly, Marly) et de quelques familles illustres (les Gondi, le Cardinal de Retz, la famille Bossuet).

  Des « manœuvres » ayant abouti à la constitution du Grand Parc et du territoire de chasse de Louis XIV (domaine royal entièrement entouré de murs), et de son impact dans la constitution (dans et autour du village) d'une « population » jouissant des privilèges de charges royales :

  Gentilshommes de la vénerie
  Gardes suisses
  Inspecteurs des chasses
  Gardes des plaisirs du Roi
  Gardes des ventes des bois

Le contrôle et l'exploitation de la forêt contribuent à l'avènement, dans le village de Saint-Nom et aux alentours, de métiers (scieurs de long, charbonniers, charpentiers, menuisiers, tonneliers, treillageurs, entrepreneurs de bâtiments et carriers) assurés par des lignées entières de familles dont on retrouve encore des descendants dans les époques récentes.

[1] : Fondée par Clovis en 508, deviendra Ste Geneviève au IXè siècle.
[2] : Fondée par Childebert Ier en 543, deviendra St Germain des Prés au VIIè siècle.
[3] : Fondée par Dagobert en 630.

 

Retour début page

Retour en début de page

Mise à jour :

06-08-2009