Dossiers > Nos soldats


Nos Soldats Morts pour la France

Sommaire

Le Monument aux Morts  Le Monument aux Morts de la Commune
Les soldats tombés au Champ d'Honneur  Les soldats tombés au Champ d'Honneur
Aidez-nous à complèter ce dossier  Aidez-nous à complèter ce dossier

La vie au village pendant la Grande Guerre  La vie au village pendant la Grande Guerre

Le Monument aux Morts de la Commune

Inauguré le 3 août 1919, ce monument érigé à la mémoire des enfants de la Commune Morts pour la Patrie, est l’œuvre du statuaire Capellaro, prix de Rome.

Projeté dès avril 1917, il est primitivement encastré dans le mur extérieur du jardin du presbytère, au carrefour de la ferme de Saint-Nom.

Son financement est laissé à la générosité des villageois : En effet, dans sa délibération du 1er avril 1917, le Conseil municipal accepte la proposition du Maire, Emile Dreyfus, stipulant que “Les finances communales ne seraient pas engagées dans la dépense car le Maire connaissant les sentiments de ses concitoyens a tout lieu de penser que les fonds nécessaires seront fournis par l'abandon au profit de cette œuvre de la plus grande partie, si ce n'est la totalité des sommes dues aux habitants qui ont cantonné la troupe en 1914-1915.

Il y aura ainsi 30 000 monuments construits en France de 1920 à 1925 (Source : Historial de la Grande Guerre à Péronne).

Monument aux Morts en 1919
Le Monument de 1919...

Monument aux Morts en 1929
... puis déplacé en 1928, complété et orné des “trophées” en 1929
( pour repérer les changements, passez la souris sur l'image )

Trophées de Guerre (délibération du 29 février 1920)

M. le Maire donne lecture d'une lettre de M. le Préfet proposant l'allocation aux Communes, à titre de trophées de guerre, pour servir au besoin à la décoration des Monuments élevés à la mémoire des Soldats morts pour la Patrie, de canons et d'obus. Le Conseil, Considérant que la Commune ne dispose pas d'emplacement suffisant pour recevoir des canons, demande qu'il lui soit alloué des obus, pour servir de trophées de Guerre, ou de décoration du Monument élevé le 3 août 1919 à la mémoire des Soldats de la Commune morts pour la Patrie.

Ajouts et emplacements successifs
  1920 : Quatre obus, trophées de Guerre, sont ajoutés.
  1928 : Premier déplacement, lors de l’élargissement de la route (RD 307).
  1929 : Il manque treize noms sur le monument !
              On pose alors, de part et d’autre, deux plaques de “même style”.
  1989 : Nouveau transfert du Monument, à son emplacement actuel
               à l'entrée du cimetière. Les anciennes plaques qui n'ont pu être
               récupérées sont remplacées à l'identique.  Voir le monument en 2003 
  2007 : Nouvelles plaques latérales pour mise à jour et rectifications.  Voir le monument après 2007


Retour en début de page

Les soldats tombés au Champ d'Honneur

Notre Monument aux Morts porte la mémoire de 40 Nonnais-Bretèchois ayant donné leur vie pour la défense de la patrie pendant la première Guerre Mondiale.
Chaque année, lors de la cérémonie de célébration du 11 novembre, leur souvenir est évoqué par l'énumération à haute voix de leurs noms associés à la mention “Mort pour la France”.
Beaucoup d'entre eux, bien qu'honorés sur le Monument du village, n'étaient pas des enfants de Saint-Nom-la-Bretèche, mais des journaliers venus ici pour travailler une ou plusieurs saisons.

Nous avons donc entrepris des recherches visant à identifier tous ces héros, à leur redonner une famille. Début 2003, 17 destins restaient pour nous inconnus, la date et le lieu de leur sacrifice ne figurant pas sur les registres consultés. Mais après un an de recherches, pour 38 des 40 soldats, nous connaissons l'identité de leurs parents, les lieux et dates de leur naissance et de leur décès et, pour certains, leurs épouse et enfants.

Pour consulter les informations d'ordre militaire et généalogique que nous avons recueillies sur les soldats de la Grande Guerre,
cliquez sur les noms inscrits sur la photo ci-dessous.

Deux noms ne figurent pas sur le Monument aux Morts :
Jacques HARDELAY   Cliquer pour afficher la fiche d'identité de Jacques Hardelay
Pierre MAURY   
Cliquer pour afficher la fiche d'identité de Pierre Maury

Joseph BANNIER Émile AUMONT Gustave DHOUAILLY Marius BLAVETTE Georges BÉQUET Robert CHARLOT Octave LHERMITTE Auguste  LAMY Jacques DOUIN Louis LASSEIGNE Henri BOSSARD Henri CAROLY Henri DILLIÉS Félix DUBOIS Émile FIÉVEZ Laurent GEOFFROY Alphonse GORON Jean-Baptiste JAMOT René JOURDAIN Jacques LABBÉ Arthur LABONNETTE Émile LEGRAND Lucien LEGRAND Georges LE MÉZEC Joseph LE PLADEC Gabriel LOMBARDIN Désiré LOMBARDIN Jules LOMBARDIN Octave MARCHE Fernand MOULIN Etienne PÉROT Léonard POMMEPUY Léon PORTHÉOS Joseph LE POURHIET Louis QUÉHAN Edmond RICARD Paul VASSORT Boniface VASSORT André VIEILLARD Charles WEISS

Sources : Archives communales de Saint-Nom-la-Bretèche. Archives des Anciens Combattants et du Souvenir français.
Site Internet « SGA Mémoire des Hommes », du Ministère de la Défense.

Les rubriques vides sont dues aux limites actuelles de nos recherches. N'hésitez pas à nous communiquer toute information en votre possession
Pour nous joindre  Pour nous joindre

Le Monument aux Morts en 2003 avec ses anciennes plaques

Le Monument aux Morts en 2003 avec ses anciennes plaques

Retour en début de page

Aidez-nous à complèter ce dossier

Les deux photographies ci-dessous représentent quelques soldats et futurs soldats, sans que nous sachions encore associer un nom à un visage.

Soldats devant la boulangerie de La Bretèche en 1914

Ecoliers en 1895

Boulangerie de La Bretèche, 1914 (Collection J. Vermont) -
( portraits agrandis par survol de la souris )

Classe de Léon Preneux, 1895

Qui sont ces personnages qui posent en 1914 devant la boulangerie Berson (*)
dont la devanture est recouverte par les affiches de mobilisation générale ?

(*) Située à l'angle de la Route de Saint Germain et du Boulevard des Plants, la boulangerie Berson est aujourd'hui la boulangerie-pâtisserie “Les Délices de Saint-Nom”.

Figurent-ils aussi sur la photo de classe prise le dimanche 7 juin 1895 en compagnie de leurs deux institutrices et de l'instituteur ?

Sans doute six “Mort pour la France” sont présents sur ce document : Georges Béquet, 12 ans - Jacques Bouin, 12 ans - Émile Fiévez, 7 ans (frère de Désirée) Auguste Lamy, 12 ans (frère d’Édouard) - Octave Marche, 10 ans - Henri Porthéos, 10 ans.

Aidez-nous à les identifier
Pour nous joindre  Pour nous joindre 

La vie et l'atmosphère à Saint-Nom-la-Bretèche pendant la Grande Guerre

Comment nos aïeux vécurent-ils ces années terribles ?
Qui sont les personnes figurant sur nos photos anciennes ?
Que sont-ils devenus dans la tourmente ?
Ce sujet est traité dans le chapitre Perception de la guerre de la première partie de notre brochure :
“Un village rural à l'aube du XXè siècle”  Pour en savoir plus

Retour début page

Retour en début de page

Mise à jour :

10-09-2014