Dossiers > La pierre de Saint-Nom


La Pierre dite de Saint-Nom

Encyclopédie Diderot et d'Alembert

Pierre de Saint-Nom, au bout du parc de Versailles.
Cette pierre a depuis 18 jusqu'à 22 pouces de hauteur.”

Pierre coquillaire.
Pierre
dans laquelle il y a de petites coquilles qui rendent son parement troué.
Telle est la pierre de Saint-Nom. ”

(Encyclopédie Diderot et d’Alembert)

Autrefois appelée “calcaire grossier”, cette roche dure et homogène est la pierre de construction par excellence.

Connu sous le nom de pierre de Saint-Nom, contenant des coquilles fossilisées, ce calcaire était plus souvent exploité sur le territoire de Chavenay et de Feucherolles que dans les limites de notre commune, où les carrières, de moindre importance, cessèrent plus tôt leur activité.

Mais les propriétaires des terres d’extraction, les négociants de pierre à bâtir, et bien des maîtres-carriers étaient originaires ou résidaient à Saint-Nom-la-Bretèche. Quelques fois l'entrée des galeries situées sous les terres de Chavenay se trouvait sur Saint-Nom !

Aussi ne peut-on dissocier Saint-Nom-la-Bretèche des communes voisines. C’est ainsi que les noms du bretèchois Jacques Hardelay, ou de l’architecte versaillais Manuel, cités en 1856 comme “marchands-carriers et propriétaires-exploitants”, comme de cet autre bretèchois Poulaillier, voisinent avec ceux des maîtres-carriers Guignard de Villepreux, ou Brisset de Chavenay, à côté des Maingre, Pitard, Fontelle ou Brillon.

Les arches de la carrière de pierres de Saint Nom

Les “arches” de Chavenay
Jambages d’un ancien treuil “à manège
(actionné par un cheval),
sur l'emplacement d'un puits d'extraction aujourd'hui comblé.

Ce calcaire d’excellente qualité, a été utilisé dans toute la région, mais aussi, bien au-delà.

Quelques constructions confectionnés en
pierre de Saint-Nom:

  L'escalier des Cent marches du château de Versailles.

  Des ouvrages de l’Orangerie à Versailles.

  Les marches de Trianon.

  Les marches de l’église de la Madeleine à Paris.

  Viollet-le-Duc utilisa aussi les pierres de notre région pour restaurer le portail central de Notre-Dame de Paris.

  Les tambours des Colonnes du Trône à Paris ont très bien supporté les outrages du temps, des intempéries et de la pollution.

  Les bassins des fontaines de la Place de la Concorde.

  Les marches du péron de l'église de Saint-Nom.

  Les pierres de taille de l'église de Chavenay.

  Le débarcadère de la gare Rive-Droite à Versailles.

Les Colonnes du Trône

Les 2 Colonnes du Trône

Commencée en septembre 2008,
la restauration des Colonnes du Trône
doit durer 24 mois.

Les pierres des colonnes, sont de cinq natures différentes.

La pierre de Saint-Nom-la-Bretèche utilisée pour les tambours soutenant
les statues monumentales, se distingue des autres parties des colonnes :

aucun désordre important 
n'y a été repéré !

La pierre de Saint-Nom en haut de la colonne du Trône

Les Colonnes du Trône à l'entrée du Cours de Vincennes

À l'Est et à proximité de la Place de la Nation, l'ancienne barrière du Trône
(ou barrière de Vincennes), conçue à partir de 1785, était l'une des quelques cinquante barrières d'octroi du mur des Fermiers généraux, une enceinte encerclant Paris sur une longueur de 24 km.

La pierre de Saint-Nom : au sommet !

La barrière se compose de deux guerites surmontées chacune d'une colonne.
Les deux colonnes, inachevées à l'origine, devaient recevoir les statues la Liberté et la Fortune publique. En 1841 (ou 1843), y seront installées celles de Saint Louis et Philippe Auguste... deux rois portés par la pierre de Saint-Nom.

La Pierre de Saint-Nom côté Monuments...

  Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris, portail du Jugement Dernier


Les deux linteaux du portail central, portail du “Jugement Dernier”,
refaits en pierre de Saint-Nom par Viollet-le-Duc.
( passer la souris sur l'image pour repérer les linteaux)

  Place de la Concorde

Place de la Concorde, Fontaine des Mers, au Sud

Les deux Fontaines : Fontaine des Mers, au Sud (carte postale),
et Fontaine des Fleuves, au Nord, datent de 1840.
Les bassins sont en pierre de Saint-Nom
avec un poli leur donnant l'aspect du marbre.

  La gare Rive-Gauche à Versailles

Extrait du cahier de charges
des travaux à exécuter pour la construction du
débarcadère de la gare Rive-Gauche à Versailles

* Couche plus tendre d'une pierre dure.
** Ébousiner : enlever la croûte terreuse et friable
     qui recouvre les pierres de taille.

Maçonnerie :
La pierre de taille sera celle tirée des carrières de Saint-Nom, de première qualité, sans aucun fil, moies* ou poches, et ébousinée** jusqu'au vif.
[...] Les parpaings, tous les murs seront en pierre de Saint-Nom, de 0',28 d'épaisseur et 0',60 de hauteur.”

Auguste Perdonnet, “Portefeuille de l'ingénieur des chemins de fer”, 1843

... et la Pierre de Saint-Nom côté Marches

  L'église de Saint-Nom

L'utilisation de pierres de Saint-Nom
pour l'édification et les agrandissements de l'église
avant le XIXè siècle n'est pas attestée à ce jour.

Nous savons en revanche que la
“ Roche de Saint-Nom ”
a été employée pour construire les escaliers du perron
à la suite du déplacement du cimetière :

Par décret impérail du 12 juin 1804, les cimetières doivent être extériorisés et encerclés de hauts murs.

Le nouveau cimetière de Saint-Nom-la-Bretèche est inauguré le 31 juillet 1808, mais le transfert des ossements, faute de moyens, s'étale sur plus de 20 ans.

Les escaliers du porche de l'église de Saint-Nom

La construction du porche actuel, de style néoclassique, est entreprise de 1813 à 1826, soit pendant le déplacement du cimetière. Il est probable que l'escalier central du porche soit en pierre de Saint-Nom.

Le transfert s'est accompagné d'un abaissement du niveau du sol devant l’église de plus d’un mètre, ce qui a nécessité la construction d'un pérron.

Le Maître Maçon adjudicataire des travaux du porche puis du perron, Louis Bicheret, utilise à cette occasion de la

“ pierre dure (Roche de Saint-Nom) ”

pour construire les deux escaliers placés à gauche et à droite du portail.

( passer la souris sur l'image pour repérer la “Roche de Saint Nom”)

     

Trianon

  Trianon

Orangerie de Versailles et l'escalier des Cent marches

  L'Orangerie de Versailles et les Cent marches

Eglise de la Madeleine

  Église de la Madeleine


Retour début page

Retour en début de page

Mise à jour :

10-09-2009