Dossiers > Histoire du Village


Histoire de Saint-Nom-la-Bretèche

Sommaire

  Blason
  Histoire en bref
  Démographie
  Depuis quand ? (Services publics)
  Saga de la déviation de la RD 307
 Intercommunalité

Le Blason
Signification Héraldique



“Le blason comporte en son centre la “fasce bretessée” qui évoque l’étymologie de Bretèche (1). Les trois quintefeuilles symbolisent la forêt de Marly-le-Roi dont une partie importante (400 ha) se trouve sur le territoire de la commune”.



“Le lion à queue “fourchée” est extrait du sceau d’Amaury VI de Montfort, apposé à une charte de l’an de Grâce 1226, baillée en faveur des Moines de l’abbaye des Vaux-de-Cernay (2)”.
“La couronne murale à trois tours est le symbole que portaient les déesses grecques tutélaires des cités”.

(Extrait du livre : “Saint Nom la Bretèche - Quatre Hameaux pour un Village”)

La devise latine “Angulus Ridet” signifie “Ce coin nous sourit”

(1) Bretèche : du celte “Breit Eiche”, large chêne, et nom d'un ouvrage militaire de charpente en saillie, s'ouvrant à la partie inférieure par de larges mâchicoulis.
      Architecture spéciale permettant le tir fichant.
      Cet élément de fortification, notre ancienne Motte féodale, existait à l'entrée de la forêt, aujourd'hui près du Clos de la Motte.
(2) Les Moines de l ’abbaye des Vaux-de-Cernay ont fondé la Ferme de Saint-Nom.

Une motte féodale, extrait de la tapisserie de Bayeux

Une motte féodale représentée sur la tapisserie de Bayeux

Histoire du Village

Le Village tire son nom de celui d'un chorévêque du IXème siècle, Saint Nonne, qui réévangélisa le pays dépeuplé après les invasions normandes, et de la Bretesche, forteresse de bois, (breit eiche, gros chêne) le principal “écart” (*) en bordure de la forêt de Cruye.

Le hameau se nomma longtemps Saint-Nonne au val de Galie, nom de la paroisse, puis nous trouvons Saint-Nom près la Bretesche et aujourd'hui Saint-Nom-la-Bretèche, avec une parenthèse pendant la Révolution où la commune fut tout d'abord dénommée La Montagne Fromentale puis l'Union la Bretesche.

Les “écarts” d'Avinières, Val-Martin, La Tuilerie-Bignon dépendaient de nombreux seigneurs, des Dames de Poissy et de l’abbaye des Vaux-de-Cernay.
Avec au nord, La Bretèche enclavée dans le parc de Marly, et au sud, Saint-Nom en lisière du Grand Parc de Versailles, le village a bien du mal à unifier son identité.

La croissance démographique de ces dernières années a relié ces différents “écarts” et permis de construire un “Centre Village”.

Cliquez pour télécharger le plan
Plan d’intendance de 1787.
Source : Archives Départementales des Yvelines.
À télécharger (1,85 Mo).

(*) écart : localité proche.


Saint-Nom : L’ancienne Mairie

La Bretèche : Le Boulevard des Plants

Quatre Hameaux pour un Village

La Commune de Saint-Nom-la-Bretèche est formée à l'origine de quatre hameaux :
Saint-Nom
, La Bretèche, Valmartin et La Tuilerie Bignon.
S'y est ajouté, fin XXème siècle, un cinquième hameau constitué d'une partie du Vallon de Chavenay.

Panorama de Valmartin

Vue générale de la Tuilerie-Bignon


La Ferme de Saint-Nom, donnée par un seigneur de Poissy aux moines des Vaux-de-Cernay en 1228, a bénéficié de nombreuses donations. Parcelle après parcelle, les moines cisterciens ont fait de ce domaine agricole une ferme modèle aux bâtiments ordonnés autour d'une cour intérieure.
Vendue comme bien national à la Révolution, elle a été profondément remaniée aux XVIIIème et XIXème siècles ; elle est transformée aujourd'hui en logements. Seul son nom, inscrit sur le porche, en rappelle le souvenir.

Le Château de la Bretèche (propriété privée), fief de la famille de Pomereu pendant plus de deux siècles, sera vendu au roi Louis XIV en 1700, pour le Comte de Toulouse (fils légitimé du roi et de Madame de Montespan) qui y mettra ses équipages de chasse. De nombreux seigneurs châtelains s'y sont ensuite succédés, dont Jean-Pierre Richard, père du peintre et graveur Jean-Claude Richard, “Abbé de Saint- Non”, mécène de Fragonard.

La Tuilerie-Bignon, elle aussi enclavée dans le grand parc de Versailles, est le cadre de l'un des plus prestigieux golfs français, de renommée internationale.

L'église, à l'origine simple bâtiment de la grange dimière de la ferme de Saint-Nom, est défendue par une tour de guet dès le XIIème siècle. Agrandie, ruinée, remaniée à plusieurs reprises, elle a été récemment restaurée.

La Ferme de Valmartin était le siège d'une seigneurie jusqu'en 1600 lors de sa vente aux religieuses du couvent royal des Dames de Poissy. Transformée en ferme, elle abritait à la fin du XVIIIème siècle un élevage de moutons Mérinos. Elle fut aussi vendue comme bien national à la Révolution.

L'antique forêt de chênes n'est plus “forêt de Cruye” mais devient “forêt de Marly” et couvre un tiers de la commune.

L'Histoire du Village Illustrée par les Élèves de CM1
Année scolaire 1984-85

Histoire de notre village par les élèves de CM1
Fichier PDF de 2,4 Mo
(Nécessite Adobe Reader)
[ Si le fichier ne s'affiche pas, utilisez la commande “Actualiser (F5)” ]

Démographie

L’évolution démographique sur cinq siècles et demi à Saint-Nom-la-Bretèche, marque une croissance continue de la population jusque vers 1800, suivie d’une diminution constante au XIXème siècle, pour atteindre son plus bas niveau dans la période 1901 à 1921. Elle stagne alors autour de 620 habitants mais amorce, à la veille de la première guerre mondiale, une éphémère remontée, allant jusqu’à 649 âmes en 1911. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que la population du village prendra son essor, et tout particulièrement depuis 1970, passant de 1 000 à 5 386 résidants au 1er janvier 2012.

Les origines géographiques
Fin XIXème et début XXème siècle, l’immigration est essentiellement bretonne, mais aussi dans une moindre mesure en provenance de la Beauce, du Nord-Pas de Calais et de Belgique. Bien qu’elle augmente de 1906 à 1921, elle ne compense pas les départs du village. Si l’activité principale reste l’agriculture, l’évolution des techniques favorise l’apparition de nouveaux métiers qui s’exercent peu en milieu rural.

Les nouveaux arrivants viennent d’une cinquantaine de départements (et de quatre ou cinq pays étrangers), soit plus de deux cents communes françaises dont seulement une soixantaine dans l’ancienne Seine-et-Oise. Le rayonnement de Saint-Nom-la-Bretèche est déjà grand et porte loin !
Quant à la mobilité de nos anciens, on peut s’en faire une idée en remarquant que seul un habitant sur dix est recensé sans interruption dans la commune au long de ces vingt années.

Aujourd'hui, la proximité de Paris, de La Défense, de Saint-Quentin-en-Yvelines et du Lycée Internationnal de Saint-Germain-en-Laye attire nombre de résidants étrangers, venus pour le compte de leur entreprise, en mission temporaire dans notre pays. Mais aussi d'anciens expatriés de retour en France, ayant des enfants bilingues.


Depuis Quand
l'Eau, le Gaz, l'Électricité, le Téléphone, la Poste, l'Éclairage Public, le Train ?

Depuis quand ?

La Saga de la Déviasion de la RD 307

Objectif du projet

Le projet vise à détourner, par le Sud du Village, le tronçon de la RD 307 traversant le bourg de Saint-Nom. Principale voie de circulation dans le Village, son engorgement croissant génère des nuisances supportées principalement par les riverains de la rue Charles De Gaulle : bruit, pollution, dégradation des conditions de vie (dangers liés au trafic, difficultés d'accès aux habitations...)

Synoptique général du projet de déviation
Aperçu du Synoptique général
Cliquez sur la carte pour télécharger une vue agrandie (476 Ko)

Description du projet

  • Le projet présenté lors de l'enquête publique de 2003-2004 prévoit un aménagement sur place et une déviation pour un total d'environ 3,3 km de long, composée pour l'essentiel de :
    – deux fois une voie dans le tronçon Est : aménagement sur place de la RD 307 ;
    – deux fois une voie dans le tronçon Ouest : déviation de la RD 307 ;
    – deux fois deux voies dans la portion centrale, longue d'environ 600 mètres, et comprise entre les giratoires
       RD307/RD98 Sud (Route de Villepreux) et RD307/RD98 Nord (carrefour du Clos Salibert) : déviation de la RD 307 ;
    – trois giratoires :
       - 1 giratoire dénivelé au carrefour du Clos Salibert, pour le raccordement à la RD98 vers Saint-Germain-en-Laye
         et à la RD 307 vers Versailles,
       - 1 pour le raccordement à la RD98 vers Villepreux et l'accès aux Vergers de la Ranchère,
       - 1 pour les raccordements à la RD74 vers Chavenay, à la rue Charles De Gaulle et à la RD307 vers Feucherolles.
  • Du 11-12-2003 au 31-01-2004, présentation du projet dans le cadre d'une Enquête d'Utilité Publique.
    Des aménagements sont proposés.
  • Le 30 novembre 2004, le Préfet des Yvelines signe la Déclaration d'Utilité Publique (DUP) relative à ce projet.

Une histoire quinquagénaire

Le besoin

  • 1956 : Première délibération du Conseil Municipal de Saint-Nom-la-Bretèche sur le sujet !
    Le Conseil s'oppose à l'élargissement de la RN 307 et du CD 98 dans la traversée de la Commune et demande que soit réalisé le contournement de Saint-Nom et de La Bretèche.
  • 1960, 1967, 1971, 1977 : Le Conseil Municipal de Saint-Nom-la-Bretèche rappelle l'urgence de la réalisation du contournement du village.

Le premier projet

  • 1992 : Le Conseil Général des Yvelines adopte un projet d'élargissement de la RD 307 à 2 fois 2 voies de la limite Est du département jusqu'à Feucherolles.
  • 1994 : Signature par le Préfet de la DUP pour le tronçon Bailly / Noisy-le-Roi.
  • Novembre 1995 : Signature par le Préfet de la DUP pour le tronçon allant de la limite Est de Saint-Nom-la-Bretèche jusqu'à l'embranchement de la RD 74
    (vers Chavenay). Il s'agit donc de la déviation du Village et de l'aménagement sur place de la RD 307.
  • Décembre 1995 : Recours en annulation de la DUP auprès du Tribunal Administratif de Versailles.
  • Janvier 1997 : Le Tribunal administratif de Versailles annule la DUP.
  • 1996-1997 : Réalisation du premier tronçon Bailly / Noisy-le-Roi.
  • Novembre 1997 : Le Conseil Général annule sa décision de 1992 pour la partie non réalisée, maintient le projet de déviation de Saint-Nom-la-Bretèche et engage une concertation avec les associations.
  • Mars 1999 : La Cour Administrative d'Appel de Paris confirme l'annulation par le Tribunal administratif de Versailles de la DUP de 1995.

Le second projet

  • Juin 2001 : Le Conseil Général adopte le schéma directeur d'un nouveau projet d'aménagement sur place et de déviation à Saint-Nom-la-Bretèche.
  • Décembre 2003 - Janvier 2004 : Enquête d'Utilité Publique relative au nouveau projet.
  • Février 2004 : Le Conseil Municipal de Saint-Nom-la-Bretèche demande à l'unanimité des aménagements visant à réduire les nuisances.
  • Juin 2004 : Le Conseil général, prenant acte de l'Enquête d'Utilité Publique, adopte certains des aménagements proposés. Le surcoût est de 191 k€. Le coût total de la déviation est ainsi porté à 26 millions d'euros.
  • 30 Novembre 2004 : Signature par le Préfet de la DUP correspondant à la précédente Enquête d'Utilité Publique.
  • Décembre 2004 : Le Comité consultatif RD 307 “Déviation et Aménagement de la Route départementale 307” qui regroupe autour de la Municipalité l'ensemble des 14 associations concernées par le projet, signe à l'unanimité un avis :
    confirmant  :
    - son accord sur le schéma directeur présenté lors de l’Enquête d’Utilité Publique en décembre 2003 ;
    - son souhait pour l’exécution des travaux dans les délais prévus, afin de supprimer les nuisances sonores intolérables
      rue Charles  de Gaulle ;
    attirant l’attention :
    - sur la taille des emprises,
    - l’efficacité des protections phoniques sur le trajet de la ville,
    - la sécurité des accès depuis les résidences au giratoire Sud,
    - le tourne à droite en sortie du golf ;
    regrettant que la variante 1 ne fasse pas l’objet d’une étude approfondie.
  • Décembre 2004 : À l’unanimité, le Conseil Municipal émet un avis favorable sur le texte rédigé le 8 décembre 2004 par les membres du Comité consultatif RD 307.
  • Janvier 2005 : Dépôt auprès du Tribunal Administratif de Versailles de trois recours demandant l'annulation de la DUP.
  • Février 2005 : À l’unanimité moins une voix, le Conseil Municipal décide de ne pas s’associer aux recours déposés.
  • Mars 2005 : À la majorité (25 voix Pour, 2 Abstentions), le Conseil Municipal confirme :
    - l’intérêt du projet de déviation et d’aménagement de la RD 307 pour la Commune de Saint-Nom-la-Bretèche ;
    - la demande d’agir en justice pour le maintien de l’arrêté préfectoral en date du 30 novembre 2004 relatif à la DUP.
  • 7 mars 2006 : Le Tribunal Administratif de Versailles rejette les trois requêtes en annulation de la DUP.
  • 21 janvier 2008 : Le Tribunal Administratif de Versailles rejette les requêtes en appel.
  • 5 mars 2009 : Le Conseil d'État statuant sur le pourvoi visant à annuler les deux jugements précédents, déclare que le pourvoi n'est pas admis.
  • Avril 2009 : Premices visibles de la réalisation (relevés par géomètres, sondages du sol...)
  • Fin août 2012 : Achèvement des travaux préparatoires de dévoiement des réseaux (fibre optique, gaz).

Mise en place des installations de chantier en octobre 2014
Début effectif des travaux en novembre 2014 !

Historique des plannings prévisionnels et réalisation

Planning en début 2009

Planning au 14 juin 2011

Newletter de septembre 2012

Grand Angle de décembre 2013

Prévisions 2014
et
Réalisation

  • Finalisation du projet :
    2009
  • Début des travaux :
    mi-2010
  • Mise en service :
    2012
  • Projet validé par le Conseil Général
  • Gestion du dossier foncier : juin 2011 à juillet 2012 (cessions-expropriations, signatures des conventions)
  • Travaux préparatoires :
    1er trimestre 2012
    (défrichement, démontage du mur d'enceinte de la forêt)
  • Puis dévoiement par GRDF de la canalisation de gaz :
    2ème trimestre 2012
  • Appels d'offres : début 2012
  • Début des travaux : automne 2012
  • Mise en service : fin 2014
  • Dans les prochains mois, dévoiement des réseaux eau, électricité...
  • Procédure d'acquisitions foncières en cours.
  • Dévoiement des réseaux de la rue Charles De Gaulle par la commune : février 2013.(*)
  • Travaux routiers début été 2013.

 

(*) Travaux réalisés en juillet/août 2013

  • 1ère phase, voirie Est :
    Lancement en juin 2014.
    Durée non précisée.
  • 2ème phase, voirie Ouest :
    Date non précisée.

Le planning de la 1ère phase devrait être connu en mars 2014... 58 ans après la première évocation de la déviation !

  • Début des travaux : novembre 2014
  • Fin 1ère phase : Printemps 2016
  • Fin 2ème phase : Printemps 2017

 

Synoptique général du projet approuvé

Synoptique général de la déviation

Afficher la vue agrandie Cliquez sur les cartes pour télécharger une vue agrandie

Plan de la phase 2

Plan de la phase 1

Plan phase 2
Plan phase 1

L'Intercommunalité

1er janvier 2013 : naissance officielle de la Communauté de communes Gally Mauldre

La Communauté regoupe 11 communes depuis Saint-Nom-la-Bretèche jusqu'à Andelu.
Un territoire qui s'étend sur 17 km le long d'un axe Est-Ouest.
Et ses deux pôles principaux, Maule et Saint-Nom-la-Bretèche, sont situés aux deux extrémités du territoire.

C'est une nouvelle page de l'histoire de notre village qui s'ouvre...

Site Internet de l'Intercommunalité

Carte de la Communauté de communes Gally Mauldre

Retour début page

Retour en début de page

Mise à jour :

01-05-2015